• Paroles d'un plouc qui se revendique comme tel

    Paroles d'un plouc (qui se revendique comme tel)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Moi, je suis pour la crasse…Faut arrêter de tout nettoyer, karchériser, ravaler, astiquer, dégraisser, lessiver, décaper, récurer, toiletter, désinfecter… À force on enlève le beau, on enlève la vie.

    Le beau c'est quand ça vieillit, quand on oublie dans un grenier, une cave, un jardin, dans la boue ou la poussière, au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit…

    c'est quand on regarde ses mains pleines de terre et qu'on les essuie sur son froc, quand on a la barbe, les cheveux et les lunettes couverts de poussière et quand on se mouche dans un mouchoir blanc…

    c'est quand les sabots pataugent dans la terre molle parmi les déchets, les épluchures et quand on traîne des morceaux de ronces en marchant sur un chemin au milieu d'une forêt ombrageuse…

    c'est quand on invoque le "nom de  dieu" parce qu'on a trébuché sur un bout de bois ou cogné ses orteils contre un caillou…

    c'est quand on embrasse un immense tas de feuilles, qu'on les soulève à pleine brassée et qu'on les relâche dans le vent…

    c'est quand on ramasse tout ce qui nous tombe sous la main : des bouteilles, des assiettes cassées, des couvercles de lessiveuse, des portes de chiotte, des bouts de bois accrochés au contrevent… pour en faire des figures aux yeux oranges, des bonjours du pays des rêves ou des faiseurs de laissés pour compte…

    c'est quand on utilise le temps qui nous reste pour lui tordre le cou.

     

    (texte écrit après la visite de l'expo Chaissac Dubuffet au musée de l'abbaye Ste Croix des Sables d'Olonne)

    Version audio :

     

     Chant diphonique

    __________ 


  • Commentaires

    1
    cartoonita
    Dimanche 19 Janvier 2014 à 18:59

    Momo dit que tu es fou ;-)

    Je dis que je te vois bien en train d'embrasser les feuilles et les jeter au vent

    Et je me souviens d'avoir résisté vaillamment cet automne à l'envie de sauter à pieds joints dans les tas de feuilles patiemment empilés par les employés municipaux...

    2
    Lundi 20 Janvier 2014 à 08:58

    Soyons fous !

    Revenons aux choses simples, fondamentales... ce qui ne nous empêche pas de réfléchir 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :